La morgelle dans la peau

16h30, le ventre mou d’un après-midi de consultations sur rendez-vous.
Je me prends une petite pause sur le site internet de Prescrire Twitter avant de recevoir la prochaine patiente. Elle est dans la région depuis seulement quelques semaines et cherche un nouveau médecin traitant.
L’interrogatoire et l’examen clinique me mènent à un superbe diagnostic d’eczéma, un peu de dermocorticoïdes et le tour est joué, mais bon je ne suis pas dermato.

La consultation se déroule normalement, diagnostic fait, explications sur le traitement données. J’espérais avoir tout bien expliqué quand soudain :
« Dites, docteur… Est-ce que je peux vous poser une question ?
– Bien sûr, allez-y.
– Est-ce que ça pourrait être la… la maladie des Morgellons ? »

Aouch. En plein dans mon ignorance.

Je n’ai pas une connaissance encyclopédique de la médecine, je l’avoue. Malgré tout, quand un de mes patients est atteint d’une maladie rare, le plus souvent j’en ai déjà entendu parler au moins une fois, et j’ai au moins une vague idée du ou des organes concernés. Dans 99% des cas, il m’en fait part en début de consultation, et généralement plus sa maladie est rare plus la connaissance qu’il en a est supérieure à la mienne. Ça donne quelque chose comme :
« Au fait docteur, avant que vous ne me prescriviez quoi que ce soit, je dois vous avertir que j’ai un syndrome de Schmürtz, seulement 5 cas ont été décrits dans le monde, mais la prise de paracétamol peut provoquer chez moi la fonte purulente du gyrus cingulaire.
– Vous faites bien de me le préciser. »

Là, la patiente voulait savoir si un diagnostic fréquent et bénin pouvait en fait être une maladie a priori rare, dont je n’avais JAMAIS entendu parler.

Est-ce la sensation de vide intellectuel abyssal, son inquiétude ou bien la mienne ? Toujours est-il qu’à ce moment-là, j’ai triché : faisant mine de vérifier la posologie de la Diprosone®, j’ai réussi à consulter discrètement une récente revue de la littérature l’Encyclopédie médico-chirurgicale Wikipédia, tout en posant la question magique qui fait gagner du temps :
« Qu’est-ce qui vous fait penser que ça pourrait être la maladie des Morgellons ?
– Hé bien, vous savez, ça commence comme ça, comme ce que j’ai, par des plaques rouges, et puis après ça fait une plaie et puis on a des trucs qui bougent qui sortent par la peau.
– Comme un parasite, vous voulez dire ? Des sortes de vers ?
– Non, pas des vers, comme des fibres de tissu, parfois c’est du silicone, parfois ça fait comme de la laine, c’est rouge, mais parfois c’est vert, et ça bouge tout seul. »

En apparence, j’étais genre : « Hmm, hmm, dites m’en plus », mais à l’intérieur j’étais plutôt : « WTF ? Seriously ? »

À ce moment-là, deux options s’offraient à moi, soit couper court et dire : « Non, mais votre truc c’est de l’eczéma, venez pas me faire chier perdre mon temps avec vos théories du complot à la mords-moi-le-nœud infondées » ; soit tenter de prolonger la discussion, ne serait-ce que pour voir s’il n’y avait pas une affection psychiatrique sous-jacente.
« Très honnêtement, je ne suis pas un spécialiste de cette maladie, mais vous avez l’air de connaître. Vous pouvez m’en dire plus ? Par exemple, si ce sont des fibres et que ça n’est pas vivant, comment expliquez-vous que ça bouge ?
– Ben on ne sait pas trop comment, en fait on ne sait pas trop ce que c’est.
– D’accord, mais alors comment tombe-t-on malade ?
– Hé bien, il y a plusieurs théories. Vous savez ce que c’est les chemtrails ?
– Absolument pas.
– Vous avez déjà remarqué que les avions qui passent dans le ciel laissent des traînées blanches derrière eux ?
– Oui, de la condensation.
– Ça, c’est ce que vous croyez ! En fait, ce sont des produits chimiques qui…
– La vapeur d’eau est un produit chimique, vous savez.
– …
– Pardon, continuez.
– Oui, ce sont des produits chimiques qui sont largués dans l’atmosphère pour recouvrir le ciel.
– Comment ça ?
– Et bien avant, j’habitais une grande ville près de l’océan, beaucoup d’avions passaient et quadrillaient le ciel et après quelques heures, le ciel était tout gris, il pleuvait et ça laissait des traces sur les vitres.
– Vous ne pensez pas que c’étaient simplement des nuages dus au climat océanique ?
– Non, non, d’ailleurs beaucoup de scientifiques américains renommés se sont penchés là-dessus. »

Ce que je pensais donc au départ être une consultation de dermatologie prenait à ce moment-là une toute autre tournure, à laquelle je ne m’étais pas vraiment préparé. Et finalement c’était peut-être pire qu’une consultation de dermatologie. On se sent vraiment désarmé quand on est ignorant.

« C’est très intéressant. Vous m’apprenez des choses. Cependant, je ne comprends pas tellement la finalité de tout ça. Qui fait ça, déjà ?
– Les agences gouvernementales !
– Mais… dans quel but ?
– Ben on ne sait pas trop, certains disent que c’est pour contrôler le climat, d’autres pour nous empoisonner, d’autres que ça provoque des maladies.
– Je dois vous avouer que je ne trouve pas ça très rationnel. Pourquoi faire ça ?
– Ben pour contrôler la population !
– Mais vous en pensez quoi, vous ?
– Je sais pas, j’ai entendu parler de ça, j’ai vu ces plaques rouges, je me suis dit que ça pouvait être ça, ça ne me semble pas impossible !
– Vous avez déjà parlé de tout ça avec d’autres médecins ? Là où vous étiez avant par exemple ?
– Non, parce que tout le monde pense que, bien sûr, ce sont des délires de théorie du complot ! D’ailleurs j’ai hésité à vous en parler, mais vous avez l’air de me croire !
– Bon, pour l’heure, je vais vous traiter pour l’eczéma, s’il y a des fils ou des vers ou quoi que ce soit qui sort de vos plaques rouges, vous revenez me voir, d’accord ? En attendant, je vais me renseigner sur cette maladie. »

Je ne l’ai jamais revue.

Je me suis renseigné sur cette maladie : beaucoup de sites internet évoquent des complots, l’expliquent par les nanotechnologies, les fameux chemtrails.
Dans l’état actuel des connaissances, la littérature scientifique nous dit qu’il s’agit d’un délire d’infestation cutanée pouvant rentrer dans le cadre d’un syndrome d’Ekbom.

Il n’y a pas de consultation facile.

.

Bibliographie sélectionnée :

. Accordino et al. (2008) : Morgellons disease?
. Harth et al. (2010) : Morgellons in dermatology.
. Foster et al. (2012) : Delusional infestation: clinical presentation in 147 patients seen at Mayo Clinic.
. Pearson et al. (2012) : Clinical, epidemiologic, histopathologic and molecular features of an unexplained dermopathy.
. Dewan et al. (2011) : Delusional infestation with unusual pathogens: a report of three cases.

Publicités

7 réflexions sur “La morgelle dans la peau

  1. L’anecdote de consultation est intéressante mais pourquoi juste citer le syndrome d’Ekbom (que je ne connaissais pas sous ce nom) en « tag » et pas directement dans le texte à côté de sa traduction de délire d’infestation cutanée parasitaire ? En plus à côté du tag « syndrome de Schmürtz », ça l’expédie un peu

  2. Figure toi que j’ai entendu longuement parler de ce truc a la television, dans un programme americain sur les extra terrestres !! Le journaliste disait que cette maladie etait peut etre due a des bacteries accrochees a des asteroides ecrasees sur notre planete … Bon, je vais te retrouver le lien du programme en question, ca vaut son pesant de cacahuetes …

  3. Haha, il faut lire la page de wikipédia, diagnostic différentiel : cellulite : une affection cutanée grave !
    Merci pour ce blog, vous êtes fort agréables à lire :)

  4. pas mal!et criant de réalisme je me voyait exliquer cela au dermato dans ce texte ! çela pourrai etre drole sauf que les journaliste de la tv ne font pas leur travail et c’est nous qui passons pour des fou! j’ai egalement des picottement dans les bras la nuit et une sorte de silicone parfois qui fait de minuscule boule quand je gratte trop certain bouton jusqu’au sang…mais parfois ça se resorbe bizzare mais le doc est trop formaté par la tv donc j’y vais pas!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s