Le grand test de l’été : quel médecin êtes-vous ?

Le temps a beau être un peu pourrave, c’est quand même l’été. L’année prochaine on vous vendra peut-être une ou deux techniques pour rentrer dans votre maillot de bain (ou au moins ne pas trop en sortir) et gommer le capiton disgracieux, on vous prédira peut-être les tendances mode de la rentrée, on vous révèlera peut-être ce que les hommes et les femmes attendent de leur(s) partenaire(s) au lit. En attendant, on vous a concocté un petit test, histoire de savoir où vous vous situez par rapport à vos collègues.

Vous connaissez le principe : vous faites la somme des petits symboles associés aux réponses, et vous vous reportez ensuite aux résultats en bas de page. Plusieurs réponses par question sont permises, mais avec une petite nuance : la question 1 par exemple ne peut vous rapporter qu’une seule « petite croix » au maximum, même si vous avez plusieurs réponses avec ce symbole.

C’est parti !

.

Question 1. Pour vous, la médecine, c’est :

– Une vocation. (∞ ×)

– Un héritage. (Δ)

– Un défi de Lire la suite

Publicités

Strangers in the night

Ça commence toujours par une absurdité, une connerie, une sollicitation de survenue inopportune, qui vous plonge dans le désarroi et vous laisse une cicatrice moche et dégoûtante.

Parfois le goût amer dans la bouche a comme origine un simple message laissé sur un répondeur, et écouté en sortant de cours : « Allô oui c’est l’hôpital ! Vous faites partie des étudiants en médecine qui travaillent comme aide-soignant ? Votre carte d’identité est périmée, on peut pas faire votre contrat, et on peut pas Lire la suite

La spirométrie pour tous (2) : interprétation

L’interprétation des explorations fonctionnelles respiratoires (EFR) plonge souvent les externes dans des abîmes de perplexité, et avec eux d’anciens étudiants perplexes devenus médecins. Je vais vous montrer qu’il est pourtant simple de s’en sortir dans la grande majorité des cas, voire tenter de convaincre certains d’entre vous de s’y mettre au cabinet, avec un vrai spiromètre portable et tout.

Bonjour à ceux qui nous rejoignent tout juste, ceci est la suite d’un billet en deux parties, celle-ci se voulant plus ludique que la première.

.

3- Interpréter simplement (mais efficacement) une spirométrie

Interpréter une spirométrie n’est pas une gymnastique si terrible, il suffit d’être un peu systématique. Tout d’abord, il faut Lire la suite

BUSE (Brevet Universel de Séméiologie Élémentaire)

Les stagiaires de 3ème sont rentrés chez eux pour fêter Noël. Mais le sachiez-tu, l’hôpital aussi accueille des stagiaires : des stagiaires de 2ème.
Fraîchement émoulus des affres du concours de première année, les étudiants en médecine classés en rang utile accèdent à l’étape suivante et deviennent des « P2 ». Nombre d’entre eux, et dans une certaine mesure votre serviteur en son temps, considèrent traditionnellement cette année comme plus ou moins sabbatique ; lourd sera le parpaing de la réalité des examens de physiologie respiratoire du premier trimestre sur la tartelette aux fraises de leurs illusions.
En revanche, avec un enthousiasme un peu plus consensuel, la 2ème année de médecine est l’occasion de Lire la suite

Ma fiche, ma bataille

La sixième année de médecine se termine par un concours, à mon époque ça s’appelait encore le concours de l’internat, maintenant ça s’appelle l’ECN (no comment hein).

C’est un concours, il ne s’agit pas d’être bonne, il s’agit d’être meilleure !
Pour réussir j’avais mis au point une méthode dont j’étais assez fière (étudiants qui passez par là arrêtez vous, c’est une méthode incroyable) :
…..– ne faire aucune impasse,
…..– être béton sur toutes les questions classiques, parce que si ça tombe ça ne pardonne pas,
…..– être béton sur toutes les questions pas classiques, parce que si ça tombe c’est le jackpot !
Héhé, vous avez vu comme j’étais rusée ?

Et pour y arriver j’avais un truc (étudiants qui passez par là…) : travailler, tout le temps, beaucoup, plus que les autres, et puis tout le temps aussi (oui je sais je l’ai déjà dit).
Cette année-là j’ai donc failli devenir folle, folle de travail, de stress… C’est presque impossible à décrire. Je vais quand même essayer en vous racontant un truc. Un truc de ma folie de D4.

La colonne vertébrale de ma méthode de travail c’était Lire la suite