La fibre musicale

Iron Maiden, Megadeth, Suicidal Tendencies, Sepultura, Ska-P, System of a Down, Less Than Jake, Mastodon, Anthrax, Cypress Hill, Manowar, Trust
Peu importe le style, le sous-genre, la micro-niche musicale : quand tu sors du métro et que tu cherches la salle de concert, contente-toi de suivre les T-shirts. Sauf le mien. À la rigueur, fut un temps, tu pouvais me repérer à la chevelure.

Un concert c’est : du bruit, de la foule, de la bière, des clopes, des cheveux, de la sueur, de la joie, de la bière, des têtes qui bougent et, dans les festivals d’été, de la poussière, et encore plus de bière.
Ça demande pas mal de préparation : des Doc Martens, des vraies, coquées de métal, pour réceptionner le biker de 120 kilos qui saute pas droit (cf. la bière et la joie) ; et surtout choisis bien la taille, pas ta pointure pile, quitte à rajouter une semelle ou une paire de chaussettes. Un futal type treillis, avec ces poches le long de la cuisse qui ferment bien, pour pas paumer la thune (pour la bière), les clopes, le portable, le ticket de métro du retour, les boules Quiès™ et, dans mon cas, les binocles. Avec une bonne ceinture, aussi. Selon la saison, un pull. Le genre qui se porte tout seul, pas besoin de manteau. De la grosse maille, c’est parfait, parce que quand tu noues les manches autour de la taille, ça tombe pas.
Et puis un T-shirt. L’accessoire de mode. Le message. Le truc qui dit « Je les connaissais avant qu’ils soient cools » ; ou encore « J’ai pogoté dans un pit de Napalm Death » ; mais surtout « On est pareil, toi et moi.»

Je vais Lire la suite

Publicités